Weekend de la Jeunesse Orthodoxe 2017, @De Kluis (Leuven-BE)

NONTRE FRERE C’EST NOTRE VIE


Toutes les Photos

Notre rapport: [de Google Translate] « Comme d’habitude, les jeunes orthodoxes ont gardé la Benelux (OJB-JOB) du 27 au 29 octobre 2017 son week-end annuel pour les jeunes orthodoxes. Environ 80 jeunes orthodoxes sont venus dans « De Kluis » à Sint-Joris-Weert (Belgique) pour apprendre, parler et poser des questions sur « Notre frère est notre vie – Les relations dans la vie spirituelle orthodoxe selon saint Silouane « . Le conférencier invité était v. Nikolai du monastère Sakharov orthodoxe patriarcal de Saint-Jean-Baptiste à Maldon, Essex (Royaume-Uni), la famille du fondateur, la fin Geronda (starets) Sophrony était un enfant spirituel de saint Silouane l’Athoniet . Le village tranquille de St-Joris-Weert est facilement accessible en train et en bus. Comme son nom l’indique, cependant, l’ermitage est isolé, au milieu du Meerdaalwoud. Il est également situé dans une vallée, ce qui facilite le contact avec la nature et avec Dieu, mais pas avec les réseaux de téléphonie mobile. L’itinéraire de la gare ou de l’arrêt de bus vers le Kluis s’est donc avéré plus audacieux que prévu pour certains. Nous avons été accueillis chaque vendredi soir par le père responsable, Ciprian Popescu.

Le week-end a débuté par un souper végétarien suivi d’une première promenade le long de chemins assez secs à travers la forêt. Entre temps, nous avions transformé la simple chapelle scoute avec un autel mobile, des icônes, des chandeliers et des bougies en une église de campagne orthodoxe. Au cours du Completen, le métropolite local Athenagoras de Belgique nous a rejoint avec le prêtre roumain Agapios de Náoussa en Grèce. Ce week-end, pas moins de 18 nationalités étaient représentées: Grecs, Polonais, Roumains, Russes, Ukrainiens et même Néerlandais et Belges. Pourtant, nous nous sommes immédiatement sentis liés les uns aux autres par la foi orthodoxe commune. La joie de la prière commune et de se revoir, presque inaperçue dans un chant confortable autour du feu de camp. 

Le samedi, nous avons été appelés au petit-déjeuner, après quoi nous avons brièvement célébré, suivi de la conférence principale sur le thème du week-end. Sans être intrusif, ni distant, Nikolaj a réussi à entamer un dialogue animé. Nous pourrions poser des questions sans retenue. Même pour les questions les plus difficiles sur la vie concernant les relations, v. Nikolaj a donné une réponse aussi honnête que possible. Il a souligné à la fois l’importance de bonnes relations, certainement dans notre société occidentale, sans cela, comme l’a souligné H. Silouan lui-même, pour que nous perdions courage. À l’aide de nombreux exemples, provenant d’anciens saints, de saints modernes et de la vie quotidienne occidentale, il a précisé quelle est la meilleure façon pour nous. V. Nikolai, par exemple, a comparé les relations avec une tomate. Si vous ne pouvez pas attendre qu’une tomate soit mûre (rouge), vous ne saurez jamais à quel point elle a vraiment le goût, et elle ne l’a probablement jamais aimé. Après le tour de questions, une courte promenade et un déjeuner, des groupes de travail pratiques ont été organisés, tels que des cours de chant. Après cela, Nikolaï plus à nos questions, et il y avait des ateliers pour chaque groupe linguistique :. grec (avec le père Agapios), Néerlandais (avec le père Dominique Verbeke, co-fondateur du OJB-JOB), Français (avec le père Athanase de Theux, ancien membre de l’OJB-JOB) et l’anglais (avec le père Nikolaj). Nous avons discuté de la manière dont nous pouvons appliquer la vision de saint Silouan dans notre vie quotidienne. Le jeune prêtre Antonios Tarlizos est entré dans le service de Vêpres, ainsi que Barnabé diacre Genbrugge, et soutenu par les jeunes, qui avait formé un chœur multilingue. Le
les chants et les prières circulaient parfaitement d’une langue à l’autre. V. Antonios est également l’un des moteurs de l’OJB-JOB et a récemment été ordonné prêtre.

Les vêpres paisibles ont été suivies par le repas du soir et une plus longue promenade en forêt. Ceux qui voulaient pouvaient alors confesser tranquillement dans la chapelle. Le feu de camp offrait une autre excellente occasion de chanter et de fraterniser. Le week-end a été couronné par des raccourcis le dimanche (ce qui pourrait encore être avoué), et la Divine Liturgie. La liturgie a été précédée par v. Nikolaj et v. Ciprian, assistés par d. Barnabas. Le chant choral a été à nouveau pleinement pris en charge par les jeunes eux-mêmes, sous la direction du v. Antonios et Georgios Antoníou. Ensuite, nous avons dégagé et essuyé les chambres en premier, avant de manger ensemble le dernier déjeuner. À la fin du week-end, cette fois-ci, l’enthousiasme de tous, même ceux qui pensaient que ce serait un peu ennuyeux, était également présent.

Nous avons déterminé que le week-end de la jeunesse (et le jour de la réunion du 1er mai) ont réellement plus de goût. »